background

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Après plusieurs mois de recherches et une première ébauche de voyage rejetée par manque de confiance envers le complexe hôtelier qui devait nous héberger, Anna chargée de l'organisation s'est mise directement en rapport avec des guides et interprètes locaux avec lesquels elle a élaboré un programme inédit, sur mesure.

Nous avons enfin pu réaliser notre rêve, la visite des villes de l'Anneau d'Or de Russie, séjourner au plus proche de la population locale et nous imprègner de la vie des russes d'aujourd'hui.

  

 

Nous formions un petit groupe de six personnes de l'Association Pouchkine dont Anna, Jacqueline, Marie Christine, Alain I, Serge et moi-même Alain II. Le 10 septembre 2016 au matin, un airbus nous a amené de Toulouse-Blagnac à Moscou.  Dès notre arrivée en début d'après-midi à l'aéroport de Domodedovo, un guide nous attendait pour nous conduire à Vladimir, première étape de notre voyage située à environ 220 km. Les destinations suivantes seront Souzdal, Iaroslavl, Rostov-le-Grand, Kostroma, Viatskoe et pour finir un halte à Serguiev-Possad. 

Le petit groupe avec au centre Youri notre guide à Souzdal

 Vous pourrez vivre les grands moments de notre voyage au travers des albums photos qui suivent cette introduction.

Mais, avant de parler de Vladimir, je vous présente quelques lignes sur l'Anneau d'Or, objet de notre voyage.

L'Anneau d'Or (en russe : Золотоекольцо, Zolotoïe koltso) est un ensemble de villes et villages médiévaux qui forment un anneau au nord-est de Moscou encadré par la Moskova, la Volga et la Kliazma et délimité par d'anciennes cités princières : Aleksandrov, Iaroslavl, Ivanovo, Gous-Khroustalnyy, Kostroma, Pereslavl-Zalesski, Rybinsk, Rostov-Veliki, Serguev-Possad, Souzdal, Uglitch et Vladimir.

Le sol de l'Anneau d'Or est composé de terre noire, le tchernoziom (en russe : чернозём) particulièrement fertile. La richesse des terres a joué un rôle considérable dans le développement économique de la Russie ce qui explique pourquoi cette région fut occupée dès le Moyen Âge. Le pays est une succession de forêts de feuillus (bouleaux, charmes, peupliers, chênes, érables) ou de résineux (pins, sapins, mélèzes), de champs, de lacs et rivières paisibles qui embellissent le paysage, au milieu desquels se nichent de petits villages d'isbas.

Outre cet atout, la présence des routes fluviales lui conféra très tôt une position géographique et stratégique de première importance. Au cœur de l’Anneau d'Or, Vladimir, Pereslavl-Zalesski, Rostov-le-Grand et Souzdal connurent un essor exceptionnel dont témoignent les nombreux monuments dont l'architecture date du XIIe au XVIIe siècles. La plupart des cathédrales, églises, couvents et  monastères souvent laissés à l'abandon après les heures noires qu'a connu la Russie, ont été rénovés ou sont en voie de restauration certains sont transformés en musée, d'autres continuent à fonctionner comme par le passé, ils frappent par leur splendeur et témoignent de la richesse du patrimoine et de qualité de l'artisanat russe. Ces villes médiévales gardent la mémoire des évènements les plus importants de l'histoire russe, ce sont de véritables musées.


 

La ville de VLADIMIR 

Vladimir (en russe : Владимир) est le centre administratif de l'oblast de Vladimir. Elle fait partie de l'Anneau d'or (Золотое Кольцо) de l'ancienne Russie. Sa population s'élevait à 347 930 habitants en 2013. Vladimir est arrosée par la Kliazma, elle est située à 160 km au sud de Iaroslavl, à 180 km à l'est-nord-est de Moscou, à 232 km à l'ouest de Nijni Novgorod. 

Fondée en 1108 par Vladimir II Monomaque, elle devint le centre de la principauté de Vladimir-Souzdal quand le fils de Monomaque, Iouri Dolgorouki, duc de Souzdal, futur fondateur de Moscou, transféra le siège du pouvoir des Grands Princes de Russie de Kiev à Vladimir. La ville, appelée alors Vladimir de Zalessie (en russe Владимир-Залесский) pour la distinguer de Vladimir de Volynie (Ukraine) demeura la capitale de la principauté de Vladimir-Souzdal, qui fut le centre politique du pays de 1169 à 1327. Ce fut alors l'âge d'or de la ville, jusqu'à l'invasion tatare. 

À cette époque, Vladimir était prestigieuse et prospère, l'une des plus grandes et des plus importantes cités de la Rus (la "Русь" était l'Etat des Slaves orientaux du Xème au XIIIème siècles). Le fils de Iouri, Andreï Bogolioubski, et surtout son petit-fils Vsevolod III Vladimirski, renforcèrent le statut politique de la ville en faisant de Vladimir le centre de l'église orthodoxe russe. 

Sous le règne d'André Bogolioubski furent construites deux portes, l'une dorée (porte ouest) et l'autre argentée (porte est), ainsi que la cathédrale de l'Assomption en 1158 qui devait rivaliser avec Kiev grâce aux artistes byzantins invités ainsi qu'aux revenus de la dîme et de cinq autres églises. 

La prison de Vladimir a servi de lieu de détention au fils de Staline, Vassili Djougachvili

La ville abrite le quartier-général de la 27e armée de missiles de la Garde des forces des missiles stratégiques créée en 1970.

La population est à 85 % orthodoxe, cependant il existe une communauté catholique en l'église du Rosaire. 

Les monuments de Vladimir sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. 

  Monument au Prince Vladimir et Saint Fédor, au fond, la Cathédrale de la Dormition - Photo: Alain BIGOU - 09-2016

 (Texte source: Wikipedia)


SOUZDAL 

Souzdal (en russe : Суздаль) est une ville de l'oblast de Vladimir, le centre administratif du raïon de Souzdal. Sa population s'élevait à 10240 habitants en 2013. Souzdal est arrosée par la rivière Kamenka, elle se trouve à 31 km au nord de la ville de Vladimir et à 191 km au nord-est de Moscou.

La ville apparaît pour la première fois dans l'histoire en 1024. Elle fut pendant plusieurs centaines d'années la capitale de plusieurs principautés russes. Souzdal est le berceau de l'État russe car ses princes, devenus princes de Vladimir puis de Moscou allaient être les rassembleurs « de toutes les Russies » avant de prendre le titre de tsar. Elle fait partie des villes et villages de l'Anneau d'Or de Russie.

Après un déclin politique, la ville retrouva son importance en tant que centre religieux grâce à ses nombreux monastères, elle peut même s'enorgueillir d'une proportion exceptionnelle d'édifices religieus, qui à une certaine période était de quarante églises pour quatre cents familles. De nos jours, Souzdal est une importante destination touristique, comprenant de nombreux exemples d'architecture russe, essentiellement des églises et des monastères. Bien qu'abritant dix mille habitants, elle semble toujours n'être qu'un village, avec des ruisseaux, des rivières et des animaux de ferme à l'intérieur même de la ville. Cette juxtaposition de monuments médiévaux d'exception et de vie rurale lui donne un charme particulier, attirant notamment de nombreux artistes particulièrement dans sa partie la plus ancienne, le Kremlin de Souzdal.

Le Kremlin de Souzdal (en russe : Суздальский кремль) est la partie la plus ancienne, le cœur historique de Souzdal. Il existe depuis le Xe siècle, selon la chronique depuis 1024. Situé dans un méandre de la rivière Kamenka, au sud de la ville, il représente avec ses édifices, témoins des pouvoirs religieux et princiers, un ensemble remarquable classé au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO dans le cadre des monuments de Vladimir et de Souzdal. À la fin du XIe siècle et au XIIe siècle fut édifiée une citadelle à cet endroit, entourée d'un anneau de remparts en terre, d'une longueur de 1400 m. Sur les remparts, on ajouta des tours de défense en pierre et des murs de poutres de bois. Dans le kremlin habitaient la cour du prince et la cour de l'évêque. La cathédrale de la ville se trouvait aussi dans le Kremlin. Durant la seconde moitié du XVe siècle, les ouvrages défensifs furent renforcés et multipliés. En 1677, un ensemble de 15 tours et portes de pierres et de bois fut ajouté. En 1719, tous les ouvrages en bois furent détruits par un incendie. Le kremlin conserva ses remparts de terre et ses fossés, quelques églises, l'ensemble de la cour de l'évêché ainsi que la vieille cathédrale de la Nativité.

Nous sommes arrivés à Souzdal le 11 septembre en fin de matinée, nous avons abordé la ville par un superbe point de vue, près d'une rangée de sorbiers aux fruits rouge-vif, ou nous avons pu admirer les toits de la ville et les clochers des églises se mêlant aux cimes des grands arbres des forêts et des parcs environnants.

Après le repas pris au Café Balsaminov Dvorik, nous avons entrepris la visite de Souzdal dont le caractère est vraiment conforme à la description qui précède, à commencer par le Monastère de la Déposition de la Robe de la Vierge. Nous avons ensuite longé la rue Lénine jusqu'au marché, à l'extérieur de l'imposant bâtiment, derrière leurs minuscules étalages, des petits commerçants ou des particuliers proposent toutes sortes de souvenirs, d'artisanat et de produits locaux tels que des champignons, des cèpes très parfumés, du miel, des confitures, des légumes… Plus loin, à partir des vestiges de l'ancien mur d'enceinte nous avons profité d'un exceptionnel point de vue sur la Kamenka et les nombreuses églises qui parsèment la ville. Après avoir traversé un parc peuplé de grands arbres nous sommes entrés dans le Kremlin de Souzdal, qui surplombe la rivière sur laquelle évoluent des pédalos. Nous sommes impressionnés par les imposants bâtiments blancs aux toits vert, et par la majestueuse cathédrale de la Nativité dont les dômes bleu ciel sont émaillés d'étoiles d'or.

La Cathédrale de la Nativité fut construite entre 1222 et 1225 en tuf (pierre calcaire), la Cathédrale de la Nativité s'élève à la place de l'ancienne église de l'époque de Vladimir II Monomaque. Cette cathédrale n'est pas parvenue jusqu'à notre époque dans son aspect initial. De la construction du XIIIe siècle, seule la partie inférieure a été conservée, entourée d'une ceinture d'arcatures, au-dessus de laquelle fut construit un mur au XVIe siècle en brique. La partie ancienne est décorée de riches sculptures de pierre calcaire finement taillées et polies. La façade est garnie de figures de lions, de masques de femmes, d'ornements sophistiqués.

En face de la façade sud de la cathédrale, en 1635, un clocher fut érigé, recouvert d'un toit à huit pans. À la fin du XVIIe siècle, on lui adjoint une horloge dont les heures sont représentées par des lettres. La cathédrale, les palais et le clocher voisin représentent un ensemble qui forment une cour solennelle.

 

Avant de traverser la rivière nous nous sommes entrés dans la vieille église en bois dédiée à Saint Nicolas, datant de 1766, originaire du village de Glotovo. Le chemin sur l'ancienne fortification passe près d'une allée de majestueux tilleuls et peupliers plus que centenaires.

Un petit pont de bois enjambe la rivière, sur l'autre rive nous attend le Musée d'Architecture en bois.

Le Musée de l'Architecture en bois et du mode de vie des paysans se situe près de la rivière Kamenka, à la place du monastère Dmitriévskï, le premier fondé en ville. La fondation du musée a été entreprise dans les années 1960, période ou on a commencé à y transporter des oeuvres d'architectes inconnus menacées de disparition, en provenance de différents villages et bourgs de la région. L'ensemble du musée de Souzdal comprend les plus intéressantes constructions de culte et d'habitations en bois: l'église de la Transfiguration du village de Kozliatiévo, l'église de la Résurrection du village de Potakino, maisons en bois, moulins, greniers, séchoirs à céréales, puits et autres monuments d'architecture traditionnelle russe. Le musée représente un village original avec une rue, des maisons, un centre de culte, etc.

A l'extrémité du musée derrière une hauteur dominée par des moulins à vent se tient la Maison-musée du marchand Agapov. C'est une superbe maison à étage, en deux parties accolées, datant du XVIIIème siècle. Le rez-de chaussée est bâti en pierre et l'étage en bois. Elle conserve l'aménagement intérieur les objets et les meubles de cette époque.

 Maison-Musée Agapov

Les points de vue du Kremlin et du Musée d'Architecture portant sur les divers bâtiments d'intérêt de Souzdal sont exceptionnels. La lumière du soleil couchant donnait une ambiance vraiment particulière qui fait le bonheur des peintres. L'endroit est paisible et propice à la pêche ou à la rêverie. Nous sommes rentrés par le même chemin au "Coin des Ours" ou nous étions hébergés. L'hôtel ne dépareille pas du reste de la ville, son décor est vraiment traditionnel, il est doté d'un grand confort et extrêmement spacieux.

Le lendemain nous sommes allés au Monastère de l'Intercession de la Vierge situé dans un boucle de la Kamenka. 

Le Monastère de l'Intercession de la Vierge (Pokrovskï) est un couvent réservé aux femmes, fondé en 1364 sous le prince Dimitrï III Konstantinovitch. L'aspect actuel de l'ensemble a été créé au XVI siècle, époque où le couvent est devenu le lieu de claustration, volontaire ou parfois forcée pour les reines et les femmes issues des familles aristocratiques. Aux XVI-XVII siècles, le couvent était l'un des plus grands de Russie. Le monument principal de l'ensemble est la cathédrale de l'Intercession de la Vierge, construite en 1510-1518 (bâtie en l'honneur de l'apparition de la Vierge en 910 à Constantinople). Des quatre côtés, l'édifice est entouré de galeries ouvertes, de plus, les portails sont richement décorés. Dans la cathédrale se trouvent les sépultures de reines exilées, de grandes duchesses et de femmes nobles des familles aristocratiques de la Russie Ancienne: Alexandra, fille d'Ivan III, première femme de Pierre le Grand entre autre. En 1923, le couvent a été fermé et saccagé, il fut restauré dans les années 1950-1960. Il abrite un restaurant et un musée, en 1970 des isbas contenant les cellules ont été construites et depuis 1992 la vie monastique y a repris et il est ouvert au culte.

 Souzdal, Monastère de l'Intercession (1364)

Le couvent est composé de la cathédrale de l'Intercession avec son clocher à carillon, d'un réfectoire dans l'église Zatchatevskaia (1551), de la maison du clerc, de l'isba des Prisonniers du (XVIIIème siècle) et des isbas-logements des religieuses. Le tout est encadré par un mur d'enceinte avec des coursives, des tours et les Sainte Portes fortifiées de l'Eglise de l'Annonciation (1515),

Sources: Wikipedia et Baïkal Nature

 


 IAROSLAVL

Nous sommes arrivés à Iaroslavl dans la matinée du 13 septembre ou nous avons pris nos quartiers dans le sympathique hôtel Dvor Aliocha Popovich, qui fut notre base pour visiter la ville et les alentours. Un minibus nous à déposé à l'entrée du parc Petropavlosk dans lequel notre guide nous a commenté la visite de l'église Saint Pierre et Paul de style baroque pétrovien, puis nous nous sommes rendus chez une habitante de la rue Stachek, la plus vieille rue de la ville bordée de maisons traditionnelles en bois aux fenêtres richement décorées. Nous pris notre repas de midi dans la cafeteria du Monastère Cyrille et Afanasy et visité l'église du Prophète Élie. Nous avons poursuivi notre promenade en longeant les quais jusqu'au confluent de la Volga et de la Kotorosvl. Plus tard nous avons chaleureusement été reçus par la directrice et les professeurs de l'Ecole d'Arts Sobinov. Les enfants et adolescents de l'école nous ont donné un magnifique concert de chant et de musique avec divers instruments dont je vous ferai part dans les albums qui suivent. Après le repas du soir nous avons assisté à un concert de musique tzigane au théâtre Volkov. La journée fut extrêment bien remplie et riche en évènements et émotions.

L'Ours symbole de Iaroslavl devant l'Hôtel Aliocha Popovitch

Iaroslavl (en russe: Ярославль) est la capitale administrative de l’oblast de Iaroslavl, une des plus vieilles cités de Russie. Sa population s’élevait à 599169 habitants en 2013. Elle est située à 282 km au nord-est de Moscou, au confluent de la Volga et de la Kotorosl, en outre elle est desservie par le Transsibérien. Elle fait partie de l’Anneau d’or et depuis 2005 la vieille ville est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. 

Iaroslavl est mentionnée pour la première fois en 1010. Elle a été fondée pour assurer la protection de la route entre la Volga et Rostov Veliki (Rostov-le-Grand). Selon la légende, le fondateur de la cité serait Iaroslav le Sage, qui aurait décidé de la construction de la ville à l’endroit même où il a combattu et occis un puissant ours. C’est d’ailleurs en référence à cette légende qu’un ours dressé sur les pattes postérieures et brandissant une hallebarde est représenté sur les armoiries de la ville. À l’époque, Iaroslavl était l’une des villes les plus orientales de la Rus’ de Kiev. À partir de 1218, la ville fut le centre d’une principauté indépendante. À la même époque, le développement de la ville s’amplifie grâce au commerce sur la Volga. Iaroslavl accueille une population importante d’artisans et de marchands, les premières églises et monastères sont érigées. Au cours de son histoire, la ville est rasée et reconstruite plusieurs fois.

Iaroslavl: Eglise et Etang du parc Petropavlosk.

 En 1463, Iaroslavl est rattachée à la principauté de Moscou. En avril-juin 1612, la ville sert de point de ralliement aux troupes de Kouzma Minine et Dmitri Pojarski qui ont libéré Moscou de l’emprise des envahisseurs polonais en 1613. Iaroslavl garde son statut de ville commerciale importante aux XVIIe et XVIIIe siècles. Une école d’architectes d’importance régionale s’y trouvait également. Plus tard, Iaroslavl devient un centre d’industrie textile et en 1796, la capitale d’un gouvernement. En 1805, le célèbre magnat industriel Paul Demidov y fonde une école scientifique, qui est transformée en lycée en 1833. Des liaisons ferroviaires sont créées entre Iaroslavl et Moscou, Saint-Pétersbourg, Vologda et Kostroma entre 1870 et 1893. Une première ligne de tramway entre en service en 1900. Iaroslavl devient un centre d’industrie lourde après la révolution de 1917. 

            En juillet 1918 se produit dans la ville et ses faubourgs une insurrection, sous l'impulsion de l'armée blanche, pour chasser les bolcheviks du pouvoir. Elle est matée par l'Armée rouge après 6 jours de combats.

             En 1970 l'Université d'État de Iaroslavl est ouverte.

             Iaroslavl renferme un patrimoine religieux particulier dont les églises, par rapport à celles de Moscou, de la Haute-Volga ou de Vladimir et Souzdal peuvent être rassemblées sous la notion d'école de Iaroslavl.

            Il y a trois théâtres à Iaroslavl, dont le théâtre Volkov fondé en 1750 par Fiodor Grigorievitch Volkov l’un des plus anciens de Russie (des théâtres existaient déjà à Moscou et à Saint-Pétersbourg, et les comédiens, autant que les pièces jouées, étaient étrangers), une salle de concert, un cirque.

 Le Théâtre Volkov

            Il existe plusieurs musées dont le Musée d'art de Iaroslavl, riche de plus de 65000 pièces et situé dans l'ancien palais du gouverneur, la maison du poète biélorusse Maxime Bogdanovitch. 

Texte de Wikipédia


 

ROSTOV LE GRAND 

Le 14 septembre nous sommes allés à Rostov le Grand, nous avons visité en premier la plus grande fabrique artisanale "Email de Rostov" et participé à la création d'un émail personnel à la façon des artisans-artistes de l'usine, nous avons visité le musée et acheté quelques souveniers… en émail bien entendu.

De là nous sommes allés au Monastère Saint Jacques en bordure du Lac Nero. Sous la direction et les explications de notre guide avons parcouru les allées délimitant des parterres de fleurs et d'arbres aux essences rares. Nous avons visité l'Eglise Sainte Anne en cours de restauration et dont les murs sont tapissés de trésors de peinture.

Au nord un escalier débouchant dans une tour d'angle nous a permis d'accéder au chemin de ronde et à une tour depuis laquelle la vue sur le lac Nero et sur le monastère est splendide.

Rostov: Monastère Saint Jacques

Nous avons pris notre repas dans le sympathique Café restaurant Aliocha Popovitch aux décors médiévaux.

Après le repas nous avons visité le Kremlin de Rostov et ses nombreux édifices dont la cathédrale de la Dormition. (Voir l'article concernant le Kremlin de Rostov).

Dans la partie sud du kremlin se trouve le jardin du métropolite Ion Sysoevich qui était un paradis conforme à la description biblique, entouré de tours avec un plan d'eau au centre. D'après l'inventaire de la maison des évêques de Rostov: A la maison du même évêque sur le côté sud il y a une cour avec une clôture en bois à l'intérieur de laquelle se trouvent un verger et un jardin potager. Lors de l'inventaire de 1701 le verger mesurait 55 brasses de long (env. 100 m) et 30 brasses de large (env. 55 m), il contenait des pommiers, des poiriers des cerisiers et autres arbres fruitiers.

Après le transfert de l'évêché à Iaroslavl (en 1787), les arbres ont périclité. Dans les années 90 du XXème siècle le verger a été replanté avec des pommiers, des poiriers, des pruniers ainsi que des plantes médicinales.

A la sortie nous sommes passés dans un atelier de poteries artisanales vraiment particulières. Les pièces en terre sombre sont rendues noires par le mode de cuisson dans le four à bois.

Après le Kremlin, chemin faisant nous avons longé le Gostiny Dvor et plusieurs églises et édifices religieux, puis nous sommes entrés dans une boutique-atelier sur le quai Tolstoï dans laquelle nous avons pu admirer le travail d'un potier, ses réalisations et les produits de divers artisanats typiques de la région.

Avant de partir de Rostov nous sommes passés dans un musée un peu particulier, rue Dostoïevski, le Musée de l'Oignon, qui apparemment est une production locale. 

De retour à Iaroslav, nous étions invités chez Tatiana, qui nous a fait visiter son appartement, avant de partager le repas typique russe qu'elle nous avait préparé. Nous avons beaucoup échangé et nous avons pu nous imprégner du mode de vie d'une famille russe. La gentillesse de Tatiana et son hospitalité nous a beaucoup touchés et quand nous avons dû la quitter nous étions émus aux larmes. Un grand moment de convivialité qui restera cher à nos cœurs.  

Rostov (en russe: Ростов ; en vieux norrois : Rostofa) est une ville de l'oblast de Iaroslavl, en Russie. Rostov est l'une des plus anciennes villes de Russie et un important centre touristique de l'anneau d'or du fait du kremlin de Rostov situé au centre de la ville. Sa population s'élevait à 31 047 habitants en 2013. 

Le nom officiel de la ville est Rostov, mais les Russes la désignent habituellement sous le nom de Rostov Veliki (« Rostov le Grand»), pour la distinguer de la ville de Rostov-sur-le-Don, qui est d'ailleurs plus importante qu'elle. Rostov Iaroslavski est le nom officiel désignant la gare ferroviaire, en raison de sa position dans l'oblast de Iaroslavl.

Rostov est située sur le bord du lac Nero, à 57 km au sud-ouest de Iaroslavl et à 194 km au nord-est de Moscou.

La région de Rostov était occupée par l'ethnie finnoise aujourd'hui éteinte des Mériens, et fut colonisée très anciennement par les Slaves. Le territoire ne fut cependant pas christianisé en profondeur sous Vladimir Ier, malgré les affirmations des chroniques russes, Livre des degrés et Chronique de Goustynia: Certes, Vladimir se rend en personne à Rostov, sans doute dans l'idée d'en faire une tête de pont de la christianisation vis-à-vis des populations finnoises et y envoie un évêque grec, Fedor; le fils de Vladimir, Boris se voit quant à lui confier la tâche de gouverner la ville et la principauté, mais à sa mort, en 1015, le territoire demeure sans prince et deux évêques sont successivement chassés de la ville par les habitants.

Sous Vladimir Monomaque, le grand-prince déplaça en 1093 la capitale de la principauté de Vladimir-Souzdal de Rostov à Souzdal.Depuis 300 ans, c'est un grand centre de travail des émaux. Il existe un musée de l'émail ouvert récemment.

Le kremlin de Rostov (appelé aussi Cour du Métropolite) est la citadelle de la ville de Rostov Veliki, qui servait de résidence au Métropolite de l'éparchie de Rostov et Iaroslavl. Ce kremlin est situé au centre de la ville, sur les bords du lac Nero. Il date de la seconde moitié du XVIIes. La ville de Rostov Veliki est classée dans l'héritage culturel de la Fédération de Russie et se trouve sur le parcours de l'anneau d'or de Russie, témoignage de la richesse de l'architecture russe ancienne.

Le kremlin en pierre blanche de Rostov, fut construit par le métropolite Jonas Sysoevitch qui occupa le trône épiscopal de la ville de 1652 à 1690 et qui fut un des plus grand bâtisseur de la Russie. La résidence du métropolite fut érigée selon un plan de kremlin, bien qu'à la fin du XVIIes. Le kremlin est une véritable forteresse ecclésiastique, monastiques, une citadelle de la foi orthodoxe, avec de hauts murs d'enceinte hérissés de tours de guet et de défenses. En 1788 le siège du métropolite fut déplacé de Rostov à Iaroslavl; le kremlin perdit de son importance et peu à peu fut délaissé et délabré. Les offices du culte n'étaient plus célébrés et les évêques étaient même prêts à vendre ce kremlin… Toutefois grâce à la contribution des marchands de Rostov, le kremlin fut finalement restauré au XIXème. À l'initiative de A.A.Titov et de I.A. Chliakov, en octobre 1883, un musée fut ouvert dans le Palais Blanc du kremlin : le musée des antiquités religieuses qui fut financé par le gouvernement dès 1907. Ce n'est que dans les années 1920 que les travaux de restauration systématique furent entrepris. Toutefois un terrible ouragan détruisit ces restaurations en 1953 et il fallut tout recommencer.

Les diverses parties du Kremlin de Rostov

Onze tours d'enceinte fortifiée

  • Cathédrale de la Dormition (1508—1512)
  • Clocher-arcade de la cathédrale de la Dormition (1682—1687)
  • Les Saintes portes
  • Église de la Résurrection (1670)
  • Tribunal (1650—1660)
  • Église de Saint-Jean l'évangéliste (1683)
  • Église de la sainte Vierge (Odigitria) (1693)
  • Église du Saint-Sauveur sur Séni (1675)
  • Église de Saint-Grégoire de Nazianze (1680)
  • Palais rouge (1670—1680)
  • « Maison cellier » (XVII в.)
  • Corpus Samuel
  • Palais blanc : palais épiscopal
  • Tours du kremlin

La Cathédrale de la Dormition

La cathédrale de la Dormition (1508—1512) fut construite à l'emplacement d'une qui datait des XII—XIIIess. Elle présente de nombreuses similitudes avec la Cathédrale de la Dormition de Moscou. Une structure monumentale à cinq coupoles, mais de formes simples et nobles. Sa hauteur de la cathédrale avec la croix est de 60 mètres. L'appareillage de la cathédrale est de briques, mais la surface est garnie de pierres blanches, surtout à la base de l'édifice. Un grand nombre d'éléments décoratifs : arcatures, tirants à ferrures donnent un aspect esthétique étonnant, et une résistance des matériaux qui a fait ses preuves jusqu'à présent. En 1991 la propriété de la cathédrale et de l'arcade-clocher fut rendue à l'Église orthodoxe de Russie.

 

Le monastère Saint-Jacques ou du Sauveur de Saint Jacques, (en russe : Спасо-Яковлевский монастырь) est un monastère orthodoxe situé à côté du Kremlin de Rostov, en bordure du lac Nero, au sud-ouest de Rostov-le-Grand. Il a été fondé en 1389 par Saint Jacques de Rostov.

Le plus vieux bâtiment encore conservé est la cathédrale de la Conception-de-Sainte-Anne (Zakharievski Sobor). Elle a été construite en 1686. La cathédrale de la Transfiguration-du-Sauveur (Spasso-Preobrajensky Sobor) est un autre bâtiment du XVIIe siècle, qui appartenait autrefois au monastère aboli Spasso-Pessotski. 

Il a été vénéré comme la châsse de saint Dimitri de Rostov. La plupart des structures du monastère ont été construites à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle dans le style néo-classique. La cathédrale Saint-Dimitri de Rostov a été construite en 1794-1802 avec le soutien du mécène Nikolaï Petrovitch Cheremetiev.

Présentation de céramiques de Rostov

De retour à Iaroslav, nous étions invités chez Tatiana, qui nous a fait visiter son appartement, avant de partager le repas typique russe qu'elle nous avait préparé. Nous avons beaucoup échangé et nous avons pu nous imprégner du mode de vie d'une famille russe. La gentillesse de Tatiana et son hospitalité nous a beaucoup touchés et quand nous avons dû la quitter nous étions émus aux larmes. Un grand moment de convivialité qui restera cher à nos cœurs.